Le transport collectif à Tahiti : à quand l’innovation ? L’idée d'un Tahiti Sky Truck

October 27, 2018

Le transport en commun par bus au diésel est reconduit jusqu'en 2033 et c'est tout.

 

La délégation de service public du transport en commun régulier et scolaire sur l’île de Tahiti vient d’être confiée à la société déjà opératrice, « Réseau de Transport en commun de Tahiti » (SAS RTCT), à compter du 1er janvier 2019 et jusqu’au 31 décembre 2033.

 

Quoi de neuf ?

 

Plus de bus et plus neufs : 240 nouveaux bus seront mis en service entre 2018 et 2020, dont 112 bus pour le transport régulier et 128 bus pour le transport scolaire… y compris 20 bus électriques en 2020 (moins de 10%), pour répondre au timide quota imposé par le Ministère local des Transports.

Autrement dit, des bus plus neufs mais fonctionnant toujours au diésel.

Cette décision montre qu’à ce rythme, le virage de la transition écologique est loin d’être amorcé en matière de transports en Polynésie : bus moins énergivores, électriques ou à gaz, ne sont pas pour demain.

 

Le bus plus attractif que la voiture ? Fort à parier que non, puisqu’aucune voie dédiée n’étant annoncée en termes d’infrastructures, on n’ira pas plus vite en bus, ces derniers seront plus nombreux à se coller aux embouteillages quotidiens, désastre écologique, sanitaire et social dans notre petite île.

 

Une subvention annuelle de fonctionnement de 850 millions de FCP versée forfaitairement à l’opérateur :

Le transport en commun n’est à l’évidence pas rentable et nécessite un accompagnement financier en tant que service public.

Pourquoi alors ce service public ne se tourne-t-il pas vers des solutions écologiques innovantes , voire moins couteuses en fonctionnement ?

Nous vous en présentons une ci-dessous.

 

Le  « Tahiti sky truck » ou éco-transport public par câble

 

Appelé aussi téléphérique urbain, métro-câble ou tram aérien, ce mode de déplacement écologique est un véritable transport en site propre sans aléa. Il est effectif dans beaucoup d’endroits du monde (Amérique Latine, Madère…). L’île de la Réunion prévoit d’ouvrir sa première ligne en 2019.

 

En collaboration avec des universités, des scientifiques locaux ont étudié sa faisabilité technique et économique à Tahiti.

Ses avantages :

-Un cout d’investissement 2 fois moins cher qu’un réseau de bus en site propre, un coût de fonctionnement quatre fois moins cher qu’un système avec bus en site propre,  qui nécessitant nouvelles voies,expropriations, entretiens du réseau, des véhicules, carburants….etc

-La très faible consommation énergétique du système (le quart de celle d'un bus), alimentation à 100% électrique dont l’origine renouvelable est à maximiser, pas de gaz d’échappement, pas de CO2, peu de déchets

-L’absence de bruit

-Un temps de parcours garanti, grâce à une vitesse constante  (17km/h ou 25 km/h selon le modèle), exemple de parcours de l’Université à la Place Toata : 20 minutes
-Un temps d'attente réduit : les cabines (de 6 à 16 passagers) circulent de manière continue. Leur capacité (de 6 à 16 passagers) et l'espacement entre deux cabines sont optimisés afin de réduire le temps d’attente de 6 à 40 secondes au maximum.

-Débit de 3600 passagers par heure dans des cabines agréables 

-Accessibilité aux personnes à mobilité réduite : fauteuils roulants, déambulateurs, poussettes... un siège peut être relevé pour glisser un vélo dans la cabine. Les cabines sont suffisamment ralenties en rentrant dans une station ; les quais sont exactement au niveau du sol des cabines.

 

-L’impact sur le paysage ? Avec peu d’emprise au sol (ce qui n’est pas négligeable au vu de notre étroite bande côtière), ce système est basé sur une succession de pylônes et de stations dont l’architecture peut être travaillée pour une intégration optimale et une déco artistique en prime…Et ce qui va changer ? La vue depuis la cabine !

 

Pour plus d’informations voir la page Facebook « Tahiti Sky truck » ou visionner la vidéo de Jean-Claude Foglia lors d’une conférence TEDx;

 

Les pouvoirs publics ont pour « objectif de mieux satisfaire les besoins en déplacement de ses citoyens, des touristes, d’améliorer le flux de la circulation routière sur l’île de Tahiti tout en satisfaisant aux enjeux de déplacements durables et agréables pour les usagers » (extrait d’un communiqué de la Présidence du Pays) : cela tombe bien, le sky truck y répond !

Please reload

Posts à l'affiche

3e appel à projet DIREN

August 29, 2018

1/10
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives