• MLV

Les nouveaux coquillages des Tuamotu


Plages des tuamotu transformées du coté "tua"

Fakarava 2009: nous marchions sur les plages immaculées et encore sauvages du côté récif exposé au large.

Fakarava 2018: les mêmes plages sont méconnaissables : morceaux de plastique minuscules, bouchons, bouts de filets jalonnent le rivage en un trait continu à l'empreinte de la vague...Consternation !

Les bouchons en plastique (surtout les bleus) et les microplastiques sont devenus les nouveaux coquillages de l'île.

Mais que s'est il passé en 9 ans ?

Fakarava a été classée "Réserve de biosphère" entre temps !

Accroissement de population? Incivisme soudain? Absence d'une politique ambitieuse de collecte, de tri et de traitement des déchets sur la commune ?...... Le phénomène est- il spécifique à cette île ou s'est il généralisé sur l'ensemble des Tuamotu ? Ces détritus régulièrement déposés par la houle sont-ils originaires de l'île ou des îles voisines ? Il semble que non en majorité, mais oui, en partie, donc faisons notre part.

Proviennent ils des bateaux qui croisent au large, voire de pays limitrophes lointains, voire du continent plastique artificiellement constitué au milieu du Pacifique... et dont certains éléments commenceraient à rejoindre nos côtes avec l'aide des courants ? Il semble que oui.

...Et c'est le plus inquiétant, car les campagnes régulières de sensibilisation,de nettoyage et de ramassage entreprises ici et là, avec toute les bonnes volontés communales et associatives, telle la remontée du rocher de Sisyphe, ne s'arrêteront jamais...Devons-nous nous apprêter à accueillir toute la dechetterie du monde (du Pacifique tout au moins) ou y-a-t-il des solutions préventives que nous pourrions actionner avec ceux qui fréquentent nos eaux ou à l'international ?

Récit de voyage

Isabel ROMERO et Michael WARWICK sont un couple d'australiens, engagés dans l'écologie, qui parcourent l'océan Pacifique à la voile depuis l'année 2016.

L'une de leurs passions est de donner une nouvelle vie aux déchets non dégradables en les transformant en objets utililitaires, bijoux...etc.

Voici le récit d'Isabel:

"Nous avons passé trois mois et demi dans les îles Tuamotu. Nous avons visité Tikehau, Tahanae, Fakarava et Toau.

Partout où nous sommes allés, nous avons trouvé de la pollution plastique, non seulement sur le c