Interrogations sur le projet de pêche intensive de thons obèses "big eye" aux Marquises


Le 7 avril 2017, la Communauté de Commune des Marquises (CODIM) a présenté à la presse un projet de développement de la pêche hauturière de grande envergure : le Marquesas Fisheries Project.

La société Big Eye du groupe d’Eugène Degage (Aremiti) prévoit d’implanter 12 thoniers aux Marquises à partir du mois de septembre, puis 12 de plus avant la fin de l’année pour atteindre à terme 40 thoniers dans les eaux de cet archipel.

L’objectif de ces bateaux est d’exploiter le thon obèse (ou « big eye ») qui sera transporté en frais jusqu’à Tahiti pour être envoyé ensuite à Hawaii et au Japon en qualité sashimi.

Un cargo d’Air Tahiti transporterait de six à dix tonnes de poissons par jour entre les Marquises et Tahiti, soit environ 3000 tonnes de poisson par an, ce qui augmenterait de 50% la production de la pêche hauturière polynésienne. L’ancien navire Corsaire du groupe Aremiti devrait devenir rapidement un bateau usine pour assurer la transformation des produits aux Marquises avant l’export par avion.

Les investisseurs annoncent que ce projet devrait créer 600 emplois directs en Polynésie française.

Selon les médias, les maires des Marquises ont eu une série de rencontres avec le gouvernement de Polynésie française, qui semble être favorable à cette initiative.

Le Pays a récemment modifié la loi de défiscalisation locale pour encourager la construction de navires de pêche. Bercy refuse depuis quelques années l’attribution de défiscalisation pour la construction navale en Polynésie française en l’absence d’un schéma directeur pour la pêche hauturière. Mais le Pays a décidé de se substituer à l’Etat en offrant une double défiscalisation locale de 30% pour l’acquisition de nouveaux navires avec un bonus de 10% si le bateau est construit localement. Les investisseurs peuvent donc obtenir un crédit d’impôt de 70% pour la construction de nouveaux bateaux. Lors de son discours à l’assemblée du 13 avril 2017, le Président Fritch a annoncé que cinq projets ont déjà obtenu un avis favorable de la commission des agréments fiscaux.

Les représentants d’associations de protection de l’environnement de Polynésie française, s'inquiètent et ont des interrogations face à ce projet d’envergure :

Bien entendu, nous pensons que tout doit être fait pour encourager la création d'emploi dans l’archipel des Marquises touché par 30% de chômage et nous félicitons la CODIM, les investisseurs privés et le gouvernement pour leur volonté de développer l’économie marquisienne. Cependant, nous nous interrogeons sur viabilité économique et écologique à long terme de ce projet de pêche très intensive et donc sur la durabilité de la ressource et des emplois qui seront créés.

- Nous rappelons que l'espèce ciblée, le thon obèse (Thunnus obesus) est une espèce surexploitée dans le Pacifique, considérée comme « menacée » sur la liste rouge de l’UICN. Selon la Commission du Pacifique Sud, elle a déjà perdu 84% de sa population naturelle.

Biomasse reproductrice du thon obèse de 1960 à 2012 (unité = 1000st) dans le Pacifique Sud (CPS 2014)