Pétition 193

Vous avez vu passer ou entendu parler de la pétition, dite pétition 193, qui circule parmi les habitants de Polynésie française pour qu'un référendum soit organisé afin d'interpeller l'Etat français. De quoi s'agit il exactement ? Cette pétition proposée par l'association 193 a déjà recueilli plus de 37 000 signatures. Elle demande aux autorités locales (gouvernement et assemblée de polynésie française) d'organiser un référendum local pour que l'Etat assume pleinement les suites des essais nucléaires. Souhaitons nous demander à l'Etat d'assumer toute la responsabilité des expérimentations nucléaires passées et donc de réparer tout dommage et prévenir tout risque pour l'avenir, de nature écol

Energies renouvelables: lesquelles?

Le principal et quasi-unique opérateur de production d'énergie , l'EDT, devenu EDT Engie ,privilégie la piste de l'hydroélectricité en substitution partielle à l'énergie thermique. Même si des décarations récentes sur les possibilités offertes par l'énergie solaire ont enfin été faites du côté de l'opérateur, la volonté de s'orienter vers la construction de nouveaux barrages est affichée avec la présentation de quelques projets sur Tahiti qui ont déclenché l'hostilité d'une partie de la population. Pourquoi ? Le précédent de la vallée de la Papenoo et de la Vaihiria est la principale raison de cette réticence: des paysages fortement dégradés, une rivière rendue boueuse à certains endroit

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
Rejoignez nous sur les réseaux sociaux!
  • Facebook Social Icône
  • Icône social Instagram
  • Youtube
La fédération Te Ora Naho
est membre de
Contactez-nous !

 

​Téléphone : 

FAPE : (689) 89 21 39 79

(attention au décalage horaire, merci !) 

Email : teoranaho.fape@gmail.com


Adresse postale : BP 21289 -

98 713 Papeete - Tahiti

 

© 2019 par Te Ora Naho créé avec Wix.com

Crédits photos GIE Tahiti Tourisme, Tahiti Héritage,  

SOP Manu, Te mana o te moana, Jean-Luc Depierre