Capture.PNG

Préserver, restaurer et valoriser le littoral

Préserver, restaurer et valoriser la végétation indigène du littoral de Polynésie française » :

tel est l’objectif général de ce nouveau projet qui permettra de contribuer à la promotion et à la mise en place des Solutions fondées sur la Nature.

En Polynésie française, le littoral des îles de la Société subit depuis plusieurs années l’intensification de l’urbanisation et l’artificialisation du trait de côte par les remblais. La présence de murs ou d’enrochements en bordure des remblais perturbe les flux sédimentaires en modifiant le fonctionnement et les mouvements naturels de la plage, et participe ainsi à l’érosion du littoral et à la perturbation du milieu lagonaire en augmentant les pressions sur les récifs coralliens. Face à ces constats, la Fédération des Associations de Protection de l’Environnement (FAPE – Te Ora Naho), grâce à au soutien financier de l’Union européenne par le biais du programme BEST 2.0+, propose de :

  • mettre en place un site expérimental de restauration de la végétation littorale et embouchure de rivière sur le site de l’ILM dans la commune de Paea (Tahiti) ;

  • sensibiliser le grand public et en particulier les élèves du 2nd degré à la biodiversité des écosystèmes littoraux en Polynésie française ;

  • améliorer les connaissances sur les écosystèmes littoraux et les zones humides littorales.

IMG_20210924_104820 (1).jpg

1/ La mise en place d’un site pilote à Paea

C’est sur le site de l’ILM (Institut Louis Malardé) à Paea, côté mer (pk 26.4) que le site expérimental sera mis en place avec l’appui scientifique de la Délégation à la Recherche. Le site pilote est relativement dégradé, soumis à une érosion active, et n’est recouvert que par des lambeaux de végétation naturelle littorale et de zone humide.

L’objectif est de restaurer 50 % du trait de côte et 80% de l’estuaire de la rivière en utilisant les espèces végétales indigènes sélectionnées pour leur forme biologique (arbres, arbustes, herbacées, lianes rampantes), leur tolérance à la lumière et aux embruns salés, leur place dans la succession végétale ainsi que leurs rôles fonctionnels.

 

Une petite pépinière sera installée (10x15m). Elle permettra de faire germer des graines de plantes littorales (une quarantaine d'espèces indigènes communes) et de replanter ensuite les plantules et jeunes plants obtenus. Les graines, plantules ou boutures seront collectés sur les îles de Tahiti, Moorea et Tetiaroa.

La pépinière sera entretenue quotidiennement par un technicien recruté par la FAPE dans le cadre du projet (recrutement courant novembre 2021).

 

Le site expérimental permettra d’élaborer un itinéraire de plantation et un protocole de suivi basés sur des données scientifiques décliné pour répondre aux besoins des gestionnaires et propriétaires fonciers.

 

Le projet contribuera ainsi à la mise en place des Solutions fondées sur la Nature dans le cadre de la gestion du littoral en Polynésie française en proposant une alternative aux remblais et aux enrochements face à l’érosion du littoral accentuée par le changement climatique.

IMG_20210924_093914 (1).jpg

2/ La campagne de sensibilisation

Des visites de la pépinière et du site pilote seront organisées par la FAPE en concertation avec l’ILM. Un panneau explicatif d’information sur les objectifs du projet, les espèces plantées, et de sensibilisation aux grands enjeux climatiques et environnementaux du littoral, sera installé sur le site.

Des interventions dans les établissements scolaires de 2nd degré des îles de la Société (une dizaine d’interventions sur cinq îles et sur différents sites), auprès des étudiants de l’Université de la Polynésie française (deux interventions dont une visite du site pilote) et du grand public sont prévues.

Ces sorties seront l’occasion pour les élèves de découvrir la richesse et l’importance des écosystèmes littoraux. Les menaces liées à l’artificialisation du littoral seront également abordées lors de ces interventions. Ces visites seront organisées et les sites seront identifiés en étroite collaboration avec les communes qui ont un rôle majeur à jouer (via leurs Plans Généraux d’Aménagement, par exemple).

 

L’application mobile ROM (Réseau d’observation des mangroves) est un outil de sciences participatives disponibles pour l’ensemble des territoires d’Outre-mer français. Cette application comprend actuellement une saisie spécifique pour la Polynésie française (élaborée par la FAPE en collaboration avec des experts locaux). La FAPE souhaite enrichir l’application avec des fiches d’identification de la flore et de la faune du littoral de la Polynésie française. Les utilisateurs de l’application pourront ainsi identifier et mieux connaître les espèces présentes sur le littoral polynésien.

 

Par ailleurs des fiches d’information sur les menaces et les solutions aborderont les impacts de certains aménagements (remblais, enrochements) et seront diffusées aux gestionnaires et aux propriétaires terriens lors de formations organisées dans quatre îles (Moorea, Raiatea, Bora-Bora, Huahine) ainsi qu’à Tahiti. Ces formations permettront de sensibiliser les communes et les autres partenaires clés dans la prise de décision en terme d’aménagement.

IMG_20210924_093914 (1).jpg
IMG_20210924_100137 (1).jpg

3/ Les perspectives

Le projet se veut pérenne, c’est pourquoi le suivi du programme de restauration à long terme (> 5-10 ans) sera assuré par le chargé de recherche de la Délégation à la Recherche.

L’élaboration d’un protocole « clé en main » de restauration d’une zone littorale applicable à d’autres sites dans les îles de la Société permettra d’orienter et d’accompagner les gestionnaires des espaces naturels, les associations de protection de la nature, les propriétaires privés dans leur démarche de mise en place des Solutions fondées sur la Nature.

Le site-pilote pourra servir pour d’autres études sur la « reconquête de la biodiversité » comme la recolonisation par l’avifaune du littoral et des zones humides.

 

A terme, ce projet a donc pour objectif :

1) de fournir aux décideurs et aux gestionnaires des outils, des données et des protocoles de suivi permettant une prise de décision informée sur l’aménagement du littoral ;

2) de sensibiliser le grand public, les scolaires et les étudiants de la Polynésie française à la biodiversité du littoral et des estuaires de rivière (« zone humide »).

 

Etapes chronologiques du projet :

- Démarrage en août 2021

- Installation de la pépinière : octobre 2021

- Début des plantations : fin 2021-début 2022

- Actions de sensibilisation et de communication, accompagnement des gestionnaires : 2022

- Fin du financement BEST 2.0+ : février 2023

- Suivi scientifique à long terme et valorisation des résultats du projet

Pour toute demande d'information complémentaire,
contacter Laëtitia Bisarah, cheffe du projet :
laetitiabisarah@gmail.com ou 89 70 14 06